Nos experts sont disponibles, appelez-nous ! 0892 691 691 (0,40 €/min) 

Guide d'achat - Les évolution des rythmes du sommeil

ÉVOLUTION DES RYTHMES DU SOMMEIL

On retrouve les mêmes cycles de sommeil tout au long de notre vie, mais leur organisation évolue, au même titre que les autres fonctions physiologiques. Quelles sont donc les caractéristiques du sommeil selon les âges ?

LE SOMMEIL CHEZ LE FOETUS

Le terme approprié pour désigner le sommeil du fœtus est le cycle "activité-repos". Ce qui explique que le fœtus dort, mais pas forcément en même temps que sa mère. L’organisation du sommeil chez le fœtus varie au cours de son développement. Après 36 semaines de gestation (8ème mois environ), la structure du sommeil est quasi-identique à celle du nouveau-né et du petit nourrisson.

5 jours sur 7 est le temps moyen de sommeil chez le bébé

LE SOMMEIL CHEZ LE BÉBÉ

Les deux premières années d’un enfant sont primordiales pour sa vie de futur "dormeur". Au cours de cette période se développent les principales caractéristiques du sommeil, déterminantes pour un bon sommeil à l’âge adulte.

Les principales caractéristiques des cycles de sommeil et de vigilance du nouveau-né sont les suivantes :

  • Une durée globale de sommeil de 16 à 17 heures par 24 heures,
  • Des cycles de sommeil très nombreux : 18 à 20 heures par 24 heures,
  • Une répartition des cycles sur toute la journée : matin, après-midi, début ou fin de nuit (les parents disent souvent que le bébé "confond le jour et la nuit"),
  • Des états de sommeil équivalents à ceux de l’adulte,
  • Une structure du sommeil qui évolue de 2 à 4 stades (comme chez l’adulte), aux alentours de l’âge de 3 mois.

 

Dès l’âge de 3 mois, le sommeil agité fait place au sommeil paradoxal (stable) que l’on retrouve chez l’adulte, et le sommeil calme laisse la place au sommeil lent.

À partir de 6 mois, les endormissements se font en sommeil lent comme chez l’adulte et le grand enfant. À 9 mois, la structure du sommeil ressemble à celle de l’adulte et le sommeil devient rapidement stable au cours des 4 premières heures.

Le comportement des parents est essentiel à l'établissement d'un rythme jour/nuit stable de 24 heures.

LE SOMMEIL CHEZ L'ENFANT

Entre 9 mois et 6 ans, les siestes vont progressivement disparaître. La première partie de la nuit est presque exclusivement composée de sommeil lent profond, accompagné de réveils incomplets. La seconde partie présente des éveils brefs accompagnant chaque changement de cycle. On observe alors une stabilisation du sommeil paradoxal et une augmentation du sommeil lent.

Entre 6 et 12 ans, le sommeil est stable et les réveils sont très brefs. Le sommeil lent profond occupe une bonne partie de la nuit favorisant ainsi la survenue de comportements, en général sans gravité, tels que terreurs nocturnes, somnambulisme, "pipis au lit".

LE SOMMEIL CHEZ LES ADOLESCENTS

L’organisation du sommeil nocturne de l’adolescent est proche de celle de l’adulte. Les grands bouleversements hormonaux et les modifications comportementales qui surviennent à cette période ont un impact non négligeable qui se traduisent par :

  • Une diminution importante du sommeil lent profond (le plus récupérateur) au profit du sommeil lent léger,
  • Un décalage de phase éventuel : couchers et levers tardifs en raison du travail scolaire abondant, sorties plus fréquentes et opposition à la famille,
  • Des contraintes horaires (cours, rythme scolaire, etc.), non compatibles avec le besoin de sommeil accru des adolescents, qui peut les mettre dans un état de “manque” de sommeil quasiment chronique (le déficit étant évalué environ à 2h par jour en période scolaire).

Les conséquences possibles des anomalies du sommeil chez les adolescents :

  • Une irritabilité augmentée : colères fréquentes et insolence par exemple,
  • Des envies de bouger sans cesse,
  • Des troubles de la concentration et de l’attention, une difficulté à élaborer des projets,
  • Un manque de lucidité vis-à-vis des actes commis (prises de risques inconsidérés, comportements à risque). Ces effets disparaissent lorsque l’adolescent peut dormir suffisamment et avec des horaires compatibles avec son activité.

LE SOMMEIL CHEZ L'ADULTE

L’adulte vit une phase de sommeil quotidienne (à l’exception de siestes occasionnelles) dont l’organisation dépend des différents stades du sommeil. Les particularités du sommeil de l’adulte résident dans :

  • Les habitudes en termes d’horaires :
    • Les "lève-tôt" se lèvent vers 5-6 heures du matin,
    • Les "couche-tard" se couchent vers 2-3 heures.
  • La durée nécessaire de sommeil :
    • 6 heures pour les courts dormeurs,
    • 10 heures pour les gros dormeurs.

La durée moyenne de sommeil est évaluée à 7h30.

LE SOMMEIL CHEZ LES PERSONNES ÂGÉES

Les limites entre le sommeil normal et le sommeil pathologique sont parfois difficiles à définir chez les personnes âgées.

Avec l’âge, le rythme veille-sommeil change, au même titre que toutes les fonctions physiologiques, ce qui implique :

  • Une modification de la répartition du sommeil sur 24 heures : à partir de 60 ans, nous dormons moins longtemps la nuit et nous nous octroyons des phases de sommeil diurnes (surtout après 70 ans),
  • Un délai d’endormissement allongé,
  • L’augmentation de fréquence des troubles du sommeil : apnées du sommeil, insomnies, syndrome des jambes sans repos,
  • Une augmentation du nombre et de la durée des éveils nocturnes,
  • Des modifications de l’architecture du sommeil : disparition du sommeil lent profond et diminution du sommeil paradoxal chez la personne âgée,
  • Un décalage de phase fréquent, aggravé par le rythme de vie en institution.

Ces phénomènes expliquent pourquoi les personnes âgées se plaignent souvent d’un mauvais sommeil (sommeil fragmenté, instable, difficulté pour se "réendormir").