Guide d'achat - Le sommeil et le monde du travail

LE SOMMEIL ET LE MONDE DU TRAVAIL

Sommeil et état de veille sont étroitement liés : les activités professionnelles peuvent donc avoir un retentissement sur notre sommeil et vice-versa.

20 à 30% des français travaillent avec des horaires décalés

L'ORGANISATION DU TRAVAIL

Le sommeil est fréquemment conditionné par les entreprises qui mettent en place des rythmes de travail souvent peu compatibles avec les rythmes biologiques :

  • Le travail posté (ou 3 × 8) : les horaires sont alternants, ce qui porte préjudice à la qualité et la quantité de sommeil, en particulier lors des premiers jours de changement de poste. Le sommeil de jour est moins récupérateur que celui de nuit car il est peu adapté à nos rythmes chronobiologiques. Il est aussi peu compatible avec les responsabilités familiales. Il génère des dettes de sommeil (diminution de 1 à 2 heures par jour de la quantité de sommeil) qui suscitent des difficultés d’endormissement. Le travail posté tend à se généraliser par souci de rentabilité, en particulier dans le secteur des services où la mondialisation impose des horaires décalés.

  • Les gardes de nuit génèrent des réveils fréquents non compatibles avec les cycles de sommeil. Elles désorganisent le rythme veille-sommeil, ce qui implique un besoin de "récupérer" dans la journée.

  • Certains déplacements à l’étranger, provoquent un phénomène de "Jet Lag" (ou décalage horaire) qui s’additionne à un emploi du temps parfois surchargé.

LES CONDITIONS DE TRAVAIL

20 % des personnes qui souffrent d’insomnie mettent en cause leurs emplois du temps surchargés, les conflits et les licenciements.
Les personnes concernées par des troubles du sommeil consécutifs au travail entrent dans un cercle vicieux. La mauvaise qualité de leur sommeil a souvent un retentissement non négligeable sur leur travail :

  • Diminution des performances,
  • Erreurs de jugement,
  • Fautes graves,
  • Accidents (somnolence des conducteurs professionnels),
  • Absentéisme.